Animaux et Arbres, un Monde Nature

Les Arbres


image

Introduction : Définition



Les arbres font parti de notre quotidien, ils sont donc un sujet obligatoire quand on parle nature. On les retrouve partout et ils sont indispensable à notre (à toute) vie sur terre. Les arbres ont beaucoup contribué à l'évolution de l'homme et celui-ci l'a utilisé, l'utilise et l'utilisera encore pour longtemps. En effet, que ce soit pour faire du feu, des outils, construire sa maison, ou le cultiver pour ses fruits ou son bois… l'homme a besoin de l'arbre.

Mais commençons par le début :

Il y a bien longtemps, on ne trouvait que des algues, ensuite des mousses et des fougères.

nature:algue nature:mousse nature:fougère

A un certain moment de l'évolution les plantes se sont développées pour en arriver à des plantes ligneuses (bois),
c-à-d des arbres.


arbres en automne

Mais toutes les plantes ligneuses ne sont pas des arbres:

Pour avoir l'appellation arbre, il faut que la plante soit d'une certaine taille et qu'elle porte ses branches à une certaine hauteur, donc d'un tronc dépourvu de branches. Par ex: le chêne, le hêtre, l'érable,...

hêtraie tronc sans tranches

Ensuite nous avons les arbustes, ici c'est juste la taille qui fait la différence, la plante est de plus petite dimension (moins de 7 m). Par ex: le citronnier, le magnolia, ...

En dernier vient l'arbrisseaux, pour lui à la différence des deux précédents, il porte des branches dés le niveau du sol et il a la plus petite taille. Par ex: le noisetier,le troène,...


Autres définitions:

  • Arbre (De Wikipédia) : Un arbre est une plante ligneuse, c'est-à-dire qui produit des parties dures appelées communément bois, de plus de sept mètres de haut. Plante de grande taille due en partie à la vascularisation de ses organes aériens et souterrains.
  • Arbres : Ce sont des plantes ligneuses (dure et pérennante) dont la tige principale est appelée tronc ; les ramifications principales sont nommées branches. Possedent également un système radiculaire assez important pour permettre sa fixation dans le sol.
  • Voici un montage de vidéos et photos des magnifiques couleurs qu'on peut voir à chaque automne. J'en profite pour expliquer pourquoi ce changement à lieu.

    Parler de l'arbre en tant que tel, nécessiterait des pages entières. Les différentes parties (racines, tiges,feuilles,…), comment reconnaître un arbre, le milieu ou évolue l'arbre (type de sol, condition climatique,…), son utilisation, sa conservation, sa production, sa gestion, sont autant de sujets qu'on pourrait aborder tellement l'arbre prend une place dans notre quotidien.

    Je vais donc, dans un premier temps, faire une présentation générale de l'arbre, de ses différentes parties.

    Ensuite, je pense qu'il serait intéressant d'aborder les autres notions.

    Présentation générale :



    Pour parler de l'arbre, commençons par le début: Ces différentes parties.

    arbre description

  • Les racines
  • La tige ou tronc
  • Les bourgeons,
  • les feuilles,
  • les branches,


  • De la graine à la vie: Les racines :



    Partons du début avec la graine, tout le monde connaît au moins un type de graine, que ce soit la noisette, le gland, le marron,…

    Cette graine, enfuie dans la terre (par notre ami l'écureuil, par les fientes des oiseaux, par le vent,…) va se ramollir grâce à l'humidité (la rosée,…) et avec un peu de chaleur, le germe va se développer. En grandissant, il va fissurer l'enveloppe de la graine et la jeune racine va sortir. En effet, il est normal que la racine sort en premier puisqu'elle va alimentée la plante par la suite.

    Les racines sont donc des organes souterrains, dépourvu de chlorophylle (de toute façon il n'y a pas de lumière sous terre) et permettent à l'arbre de se fixer dans le sol, de le nourrir en eau et en sels minéraux et d'effectuer des réserves. Plus l'arbre grandit, plus les racines s'allongent, grossissent et prennent de la place dans le sol.

    On en distingue 3 types :

    • La racine principale formée à partir de la graine, souvent la plus grosse,
    • Les racines secondaires qui naissent sur la (les) racine(s) principale(s),
    • Les radicelles et poils absorbants. Ce sont elles qui absorbent l'eau et les sels minéraux.

    Nous voyons dans les exemples ci-dessus, le développement de la racine d'une jeune pousse :

    La première photo montre la croissance de la racine principale d'un jeune chêne.
    On remarque que la racine principale sera du type pivot (comme la carotte), elle est déjà de bonne taille et profonde, afin de fixer solidement l'arbre dans le sol quand il sera beaucoup plus grand.

    La deuxième et la troisième photo représentent un jeune frêne.
    On remarque dans la photo 2 que le système radiculaire secondaire et plus marqué (système sur pivot et superficiel, appelé mixte) et dans la photo 3 la recherche d'une zone plus propice (plus riche en éléments nutritifs) au développement des radicelles. La partie plus blanche et dépourvue de radicelles était une couche de gravier.

    • Enracinement superficiel: il dépend de l'espèce ou du type de sol
    racines feuillus racines superficielles résineux

    Le côté surnaturel de la graine : Un peu de magie à lieu à l'instant ou la jeune racine sort. Tournez une graine dans tous les sens, et plantez là. Résultat, la racine pousse toujours vers le bas. N'est-ce pas un phénomène magique.
    On appelle ce phénomène le géotropisme positif, en faite cela correspond à une loi naturelle qui oblige toutes les racines à se diriger vers le centre de la terre (sauf si il y a un caillou…bien-sur).


    A contrario, la tige qui sort avec les premières feuilles (l'avant dernière et la dernière photo) indiquent un géotropisme négatif.



    La tige ou tronc :



    Toujours de notre graine, se forme une tige qui va grandir et sortir de la terre. (La graine sert entre autre de réserves nutritives pour alimenter le germe : les cotylédons.)
    Nous allons parler, ici, de géotropisme négatif. La tige pousse toujours de manière parfaitement verticale (par rapport à un plan horizontal imaginaire).
    Ensuite, cette tige déjà pourvue de feuilles, va grossir de plus en plus.

    Le tronc (ou la tige principale) est donc lui aérien, et il se délimite du sol jusqu'au début des branches. Il sert de pilier, de point central à l'arbre. Il assure la stabilité lorsque les branches, les rameaux, les feuilles se multiplient.

    En effectuant une coupe du tronc, nous pouvons observer différentes zones de couleurs :

  • Au centre, nous avons la moelle (qui lorsque l'arbre atteint un certain âge meurt)

  • Ensuite, le duramen est la partie la plus âgée (ou noble), il ne s'y passe plus grand-chose et il a pris une teinte foncée.

  • Et vient l'aubier, la partie la plus jeune (teinte claire), c'est dans cette partie ou se passe les choses les plus intéressantes. C'est ici que le cambium (assise génératrice) permet de produire vers l'extérieur une couche de liber (phloème) conduit la sève élaborée (descendante), vers l'intérieur une couche bois (xylème) conduit la sève absorbée (montante). C'est ce qui permettra au tronc de grossir.
  • cernes d'un tronc

    On peut, également, noté que les vaisseaux conducteurs de sève dans la partie bois, sont plus larges au printemps (zone plus claire) et plus étroits à l'automne (zone plus foncée).
    Ce phénomène produit des cernes qui correspondent à la production de bois sur une année. On peut grâce à ces cernes connaître l'âge de l'arbre.

    Qui n'a jamais compté les cercles sur une souche d'arbre !

    Le tronc est recouvert d'une écorce. Elle est indispensable à la survie de l'arbre, car elle protège le bois du soleil ou du gel.

    Sur le tronc, nous pouvons trouver :

    1. Le collet qui est la zone de transition entre les racines et la tige.
    2. Le contrefort qui est le même système que pour le contrefort d'un château.
    3. L'empattement qui est l'élargissement de la base du tronc.
    4. Le fût qui est la partie du tronc qui se trouve dépourvue de branches.
    5. La loupe qui est une excroissance ligneuse qui vient sur le tronc (ou les branches).
    6. Le broussin est une loupe sur laquelle se développent de jeunes tiges.
    7. Le nœud correspond à l'endroit d'où part une branche et où les fibres prennent une orientation nouvelle. Nous pouvons très bien observer cela lors de la coupe d'une branche. Cette partie est souvent plus sombre.



    Les rameaux, les branches, les feuilles:




    Les bourgeons :

    Chaque espèce à bien entendue une forme de bourgeon propre ( pointu, rond, ovale,…) et également une certaine disposition sur le rameau (alterne, opposée, spiralée,…). L'éclosion au printemps est appelée débourrement.

    Les feuilles :

    Elles comprennent 3 parties :

    • le limbe : lame aplatie et pourvue de nervures. Il permet à la feuille de capter un maximum de lumière. Une feuille est dite simple si elle possède un seul limbe et composée si elle en possède plusieurs. Dans ce cas chaque limbe porte le nom de foliole.
      Le limbe se caractérise par :

      • Sa forme générale,
      • La forme de son sommet,
      • La forme de sa base,
      • La nervation de son limbe,
      • La découpe du limbe.

    • Quelques exemples de limbes simples:
      feuille de cerisier feuille de chataignier feuille de charme
      feuille de cerisier feuille de chataignier feuille de charme
      feuille de chene feuille d epine feuille d erable
      feuille de chêne feuille d'épine feuille d'érable

      Quelques exemples de limbes composés:
      feuille de frene feuille de marronnier feuille de sureau
      feuille de frêne feuille de marronnier feuille de sureau

    • le pétiole : plus ou moins cylindrique, relie le limbe à la tige. On trouve également des feuilles sans pétioles, elles sont dites alors sessiles.
    • la gaine : dilatation du pétiole, embrassant plus ou moins la tige au niveau d'un nœud.


    • gaine_de_noyer gaine erable

    La disposition des feuilles sur la tige :

    • Alternes : une seule feuille par nœud.
    • Opposées : deux feuilles par nœud
    • Verticillées : trois ou plus de trois par feuilles par nœud

    Les feuilles peuvent être caduques, c-à-d qui tombe chaque année ou bien persistantes, c-à-d qui reste plusieurs années sur la plante.

    On appelle des feuilles marcescentes, les feuilles qui se fanent sur l'arbre et reste sur celui-ci jusqu'au printemps, ces feuilles tombent avec l'éclosion des bourgeons.

    Les branches :

    Les branches se développent de la même manière que le tronc sauf qu'elles se forment à partir d'un bourgeon qui est né à la base d'une feuille.
    Les bourgeons terminaux permettent à l'arbre de grandir.

    Avec les années, le nombre de rameaux va augmenter et l'arbre va prendre de l'ampleur.
    Cela permet à l'arbre de lui donner sa forme, physionomie, sa silhouette, par les diverses branches (ramifications) qui viendront s'y développer …le majestueux du chêne, la forme têtard du saule recoupé, la forme longiligne du peuplier…etc.

    Pour finir repartons de nouveau de notre petite graine :

    Les petites réserves (cotylédons) s'épuisent bien vite et les racines ont commencées à s'insinuer dans la terre à la recherche d'eau et des sels minéraux. La jeune tige portant à son extrémité les deux premières feuilles vont commencer à prendre une couleur verdâtre (assimilation chlorophyllienne) grâce aux rayons du soleil, ce phénomène sert à la photosynthèse.

    C'est-à-dire que les feuilles en captant la lumière du soleil, transforment le dioxyde de carbone (CO2), l'eau et les sels minéraux en glucose. Ce glucose quitte ensuite les feuilles et est transporté dans l'arbre pour le nourrir. On obtient par ce phénomène un rejet d'oxygène dans d'air.

    A présent que la sève circule, les bourgeons vont se développer et contribuer à son épanouissement.







    image



    Soins aux animaux sauvages



    fleur véronique





    couple de chevreuil





    insect





    chardonneret





    hêtre